Coup d’État au Burkina Faso

4763494_3_d6f9_manifestation-contre-le-coup-d-etat-vendredi_44198233fdf7dca49470a1dc9f6a7ffd

Mercredi dernier (16 septembre), le président de la transition, Michel Kafando, ainsi que son Premier ministre, Isaac Zida, ont été pris en otage par le Conseil national de la démocratie (CND) composé d’hommes du Régiment de sécurité présidentiel (RSP) qui prenait ainsi le pouvoir.

qui-est-derriere-le-coup-detat

A moins d’un mois des élections nationales (11 octobre), ce coup d’état orchestré par le général Diendré remet brutalement en cause le processus d’apaisement qui visait un retour à la démocratie du Burkina Faso.

Des manifestations se sont organisées à Ouagadougou et dans d’autres villes (Bobo Dioulasso) par un peuple déçu qui réclame la libération de Michel Kafando et le maintien des élections en vue.

Le Général Gilbert Diendré serait sur le point de céder à la pression internationale. Les putschistes seraient favorables à un retour constitutionnel. Une situation grandement favorisée par d’intenses négociations menées par le président sénégalais Macky Sall et du Béninois Thomas Yayi Boni.

Plus d’info:

http://www.jeuneafrique.com/265387/politique/coup-detat-burkina-faso-savoir-jour-general-diendere-a-pris-pouvoir/

http://www.jeuneafrique.com/267000/politique/burkina-michel-kafando-annonce-retour-a-tete-de-transition/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *